SADE : Le prisonnier éternel de nos mémoires Une vie, une œuvre

Vertclair

 

Bouton retour

Sade. Celui qui fut emprisonné sous tous les régimes, soit treize ans de prison pour excès de débauches et autant pour ses écrits, avait demandé que les traces de sa tombe disparaissent de dessus la surface de la terre et se flattait que sa mémoire s'effaça de l'esprit des hommes.

Pourtant, en dépit d'une censure qui dura jusqu'en 1904, il reste ineffaçable il traversa, comme le dit Octavio Paz, le dix-neuvième siècle une grenade à la main, et éclata en butant sur notre époque.

Que nous reste-t-il aujourd'hui de "cette vérité fracassée en mille morceaux"?  Sa réflexion sur l'individuation ouvre la voie à l'interrogation d'une conception universelle de l'homme, dont on commence à peine à appréhender le caractère aussi nécessaire qu'illusoire.

Mais la leçon qu'il donne, et c'est aussi là le grand enseignement de la biologie moderne, c'est que ça n'est pas dans la nature qu'il faut rechercher l'ordre de conduite des actions humaines.