Mohammed DIB – Une Vie, une Œuvre : 1920-2003

Vertclair

 
 
 

 

Par l'ampleur de son oeuvre et l'ambition de son projet littéraire, Mohammed Dib est au tout premier rang des auteurs maghrébins de langue française et a inauguré la production littéraire en langue française en Algérie. Sa trilogie romanesque des années 50 ("La grande maison", "L'incendie", "Le métier à tisser") constitue aujourd'hui un grand classique de la littérature algérienne. Elle campe la vie quotidienne dans les milieux populaires des années 1939 à 1942 et a marqué un tournant littéraire, en dépeignant la prise de conscience nationaliste qui s'est produite à cette époque.

Après ces trois chefs d'oeuvre, l'écriture de Mohammed Dib a évolué vers un symbolisme onirique  et vers une quête spirituelle.

Il est pratiquement impossible de dissocier chez lui le poétique du romanesque tant sa langue est abitée par la poésie, par une musique qui lui est propre. Entre les rythmes et des chants arabo-andalous entendus à Tlemcen dans son enfance au sein d'une famille de musiciens et la musique de la langue française "apprise" sur les bancs de l'école, il s'est forgé une langue au croisement de l'histoire et des cultures."Ecrivant ou parlant, je sens mon français mannoeuvré, manipulé d'une façon indéfinissable par la langue maternelle" disait-il à propos de sa relation à la langue française.

 
 

Bouton retour