Les Mains du Miracle, de Joseph Kessel Guillaume Gallienne

Rouge2

 

 

 

 

*

 

 

 

Emission du 26 avril 2014 Ca peut pas faire de mal France inter

Himmler, c’était un état dans l’état : celui de la délation, de l’inquisition, de la géhenne, de la mort indéfiniment multipliée. Au-dessus de lui, n’existait qu’un chef : Adolf Hitler. De lui, Himmler acceptait les besognes les plus basses, les plus odieuses, les plus aberrantes, aveuglément, joyeusement, dévotement. Car il vénérait, adorait Hitler au-delà de toute mesure. C’était son unique passion.

Pour le reste, à l’ancien instituteur terne, chétif, dogmatique, méthodique à l’extrême, on ne connaissait pas un sentiment vif, un désir ardent, une faiblesse. Il suffisait à son bonheur d’être le technicien sans rival en exterminations massives, le plus grand usinier de tourments et de morts en série que l’histoire ait connu. Ainsi commence Les Mains du Miracle, roman écrit par Joseph Kessel et publié en 1960.

Rouge2

 

 

Bouton retour